jeudi 29 septembre 2011

Cucu la praline est en pleine forme de fanny Joly

Angèle Chambar, alias Cucu la praline, refait parler d'elle dans ce deuxième roman. Ses deux grands frères lui font toujours autant de misères mais notre petite héroïne à plus d'un tour dans son sac et va nous le prouver une fois de plus au cours de ses trois aventures.
Tout d'abord, Angèle voudrait un chien parceque Kévin (son amoureux), a eu un chat. Seulement, il va falloir convaincre les parents et cela ne va pas être facile, ses frères s'y sont déjà cassés le nez.
Dans sa deuxième aventure, Angèle va, une fois de plus être le souffre douleur de ses frères mais la vengeance est un plat qui se mange froid, Victor et JM vont en faire les frais.
Dans sa troisième et dernière aventure, Angèle se prépare à jouer dans la pièce de théâtre organisée pour la fête de l'école. lorsque la maîtresse annonce que Kévin va jouer le rôle du prince, Angèle n'a qu'un objectif, obtenir le rôle de la princesse qui a été décerné à Xavière.
A moins qu'un évènement ne perturbe le cours des choses...

Ce deuxième roman des aventures de Cucu la praline est aussi drôle que le premier tome dont j'avais fait la critique ici.
Cette pauvre Angèle ne se laisse pas démonter alors que ses frères lui font les pires misères. Aidé par son amoureux Kévin, elle arrive toujours à se venger de ses frères qui sont tout de même de sacrés chenapans!!!

Un petit roman toujours aussi rigolo à lire tout seul ou à partager en famille!!

mercredi 28 septembre 2011

Il y a des instants comme ça...

... des instants qui illuminent votre journée. Où tout à coup, tout semble concorder, correspondre "dans une profonde unité".

Oui, bon, je vous explique.
Ce matin, je roule sur le trajet de la bibliothèque. Un homme s'engage sur le passage piéton, me voit et s'arrête brusquement. Je stoppe et le laisse continuer... Et ben vous savez quoi ? Il m'a envoyé un baiser ! Si !
Ce qui passe alors à la radio :



Le baiser lancé de monsieur l'inconnu, cette chanson sur les ondes et le soleil qui apparaît : ahhh  minute pleine de grâce. 

samedi 24 septembre 2011

L'été où je t'ai retrouvé de Jenny han

L'été où je t'ai retrouvé est la suite de L'été où je suis devenue jolie. Dans ce deuxième tome, nous retrouvons Belly l'été suivant. L'année qu'elle a vécue a été assez difficile. En effet, dans le tome 1, nous apprenions que Susannah, la mère de Conrad et Jérémiah était atteinte d'une maladie grave. Dans ce deuxième tome, nous découvrons que malheureusement, elle n'a pas survécu à cette maladie. C'est dans cette atmosphère pleine d'émotions et de tristesse que nous retrouvons nos jeunes protagonistes.
Leur relation est dorénavant différente, Belly et Conrad ne sont plus ensemble même si celle ci éprouve encore des sentiments pour lui. Jérémiah lui, est resté en contact avec la jeune fille et va même lui demander de l'aide pour retrouver Conrad qui a disparu.

Ce deuxième opus se lit très rapidement. On a qu'une seule envie, savoir lequel des deux frères (Conrad ou Jérémiah), Belly va t'elle choisir. Au début du roman, l'atmosphère est assez pesante surtout lorsque l'on apprend que Susannah est morte, emportée par la maladie et que l'histoire d'amour entre Belly et Conrad s'est terminée si rapidement.
Conrad m'a encore agacé avec ses réactions d'égoïste, ce personnage est un être insaisissable marqué par le chagrin. Quant à Jérémiah, il semble être le parfait petit ami, serviable et gentil.

Belly va t'elle arriver à faire un choix entre les deux? Pour cela, je vous invite à lire ce roman.

vendredi 23 septembre 2011

Rien ne s'opose à la nuit de Delphine de Vigan

Dans ce roman, Delphine de Vigan nous raconte l'histoire tragique de Lucile, sa mère. Rien n'est oublié, de sa jeunesse en passant par ses moments difficiles puis par la maladie. L'auteure retrace dans cet ouvrage la vie de celle qui l'a mise au monde ainsi que sa famille et ses zones d'ombres. La vie de Lucile n'a pas été facile et ses nombreux délires et internements ont marqué la vie de l'auteure et de sa sœur.
Delphine de Vigan parle de Lucile avec ses yeux d'enfant, racontant ses propres souvenirs, bons ou mauvais.

Ce roman est un hommage que l'auteure rend à sa mère. Cette histoire très poignante ne laisse pas le lecteur insensible.
Aucun pathos dans ce roman, juste l'histoire d'une femme qui n'a pas eu la vie dont elle rêvait...

Encore un très beau roman de Delphine de Vigan que je vous conseille fortement.

Ce roman a obtenu le prix du roman Fnac 2011 ainsi que le prix Roman France Télévisions 2011, le prix Renaudot des lycéens 2011 et le prix des lectrices de «Elle» 2012.
Il est également sélectionné pour: le Goncourt 2011, le Fémina 2011, le Renaudot 2011, le prix Jean Giono 2011, le prix Médicis 2011

mardi 20 septembre 2011

L'amour est une île / Claudie GALLAY

Il s'agit du dernier roman de l'auteur paru l'été dernier chez Actes Sud.

Le décor est planté à Avignon pendant le festival de théâtre lors de l'année 2003 houleuse et caniculaire.

Odon, directeur de théâtre présente une pièce de Paul Selliès, jeune auteur décédé qui n'aura jamais vu sa pièce adaptée.
Les représentations sont aléatoires. Odon est en désaccord avec sa troupe qui s'inscrit dans le mouvement des intermittents. A ces problèmes s'ajoute la confrontation avec sa fille, Julie, personnage principal de la pièce montée. Et puis, il y a Mathilde.
Mathilde revient à Avignon. Depuis, elle est devenue "la Jogar". Entre ces deux là, il y a eu la passion amoureuse, demeure celle du théâtre.

Les esprits et les corps s'échauffent mais celle qui va définitivement faire monter la pression c'est Marie.
Belle, écorchée et qui dissimule sous ses vêtements une bourse ballotant sur son ventre trop maigre. Elle arrive pour trouver des réponses. Elle questionne, dérange, séduit mais bien malgré elle. Elle est là pour faire revivre un mort le temps d'une représentation...


L'histoire est bouleversante, le récit maîtrisé et les personnages secondaires participent à la tonalité dramatique de ce roman écrit comme une pièce.
Le style aux phrases courtes de l'auteur se prête parfaitement au genre et donne l'impression d'un roman écrit en didascalie. 
Et Marie  va nous faire basculer dans la tragédie.


lundi 19 septembre 2011

Rentrée littéraire de l'automne 2011

Pour cette rentrée littéraire, pas moins de 674 romans sont en lice. Parmi toute cette production, nous en avons sélectionné quelques uns que vous retrouverez dès le 30 septembre dans nos rayonnages. En plus, pour vous guider dans vos choix, nous ouvrirons notre premier comité de lecture de l'année sur nos coups de coeur respectifs de l'été et de la rentrée.
Vous pourrez également retrouver toutes nos critiques sur notre blog au fur et à mesure de nos lectures. N'hésitez pas y laisser vos commentaires et remarques.


Pour débuter,


Juste avant/ Fanny Saintenoy

Dans ce premier roman sont évoqués les souvenirs croisés de deux femmes étalés sur cinq générations.
Juliette est arrivée au bout de sa vie.  Alors qu'elle s'enfonce lentement dans la torpeur de la mort, elle se souvient : petite fille, à cause d'une marche dans l'hiver glacé et au manque de soin des sœurs qui la gardent, elle perd ses doigts de pieds. De cet épisode, elle gardera toute sa vie une rancœur contre la bêtise et contre sa mère qui l'a placée en nourrice.  De là se construit toute sa vie : son père mort pendant la première guerre mondiale, son mari tué lors de la seconde, sa fille unique élevée dans des conditions difficiles, sa joie d'être grand-mère et arrière grand-mère, et enfin, ses derniers moments à la maison de retraite.
En écho lui répond Fanny, son arrière petite fille. Trentenaire, venue veiller sur les derniers instants de son aïeule, elle déroule également le fil de ses souvenirs. Elle l'interpelle lorsqu'elle évoque les moments communs, s'interroge également sur sa vie et celle de sa fille Myléna, à qui elle passera le flambeau des femmes de la famille.
A cinq générations d'écart, les destinées de ces femmes se mêlent, s'emmêlent, bifurquent pour en faire le creuset de l'histoire familiale.
Si la mort est omniprésente dans ce roman, elle n'est en aucun cas pesante : elle fait partie du fil de la vie, épreuve nécessaire pour profiter pleinement du moment présent.
Très belle découverte que ce court roman  qui se lit d'une traite.  Certains pourront même retrouver une partie de leur histoire familiale. L'alternance des souvenirs de Juliette et de Fanny donnent du rythme au récit, et le parti-pris de changer la typographie en fonction du narrateur s'avère être un choix intéressant.


_______________________________________

Opium poppy/ Hubert Haddad

France : Alam le borgne, jeune afghan réfugié suit des cours d'alphabétisation dans un centre d'accueil. Il fait la rencontre de jeunes qui, comme lui, ont fui les guerres et les violences de leurs pays d'origine. Mais, lâchés plus ou moins à eux-même, ils se retrouvent sans ressources et dans des squats sans aucunes autres possibilités que de vivre d'expédients en tout genre et surtout de trafics d'armes et de drogues.
Alam le Borgne raconte : fils de fermier en Afghanistan, sa famille est décimée à cause de la guerre de l'opium qui fait rage entre pouvoir et trafiquants. Il sera tour à tour enrôlé comme enfant soldat, jeté sur les routes de l'exil et finira dans un squat comme l'opium que cultivait sa famille.
C'est un récit très dur que nous livre ici Hubert Haddad. Pas de concessions, pas de faux-semblants.
Si on retrouve le même thème de l'exil et des réfugiés que dans "Le temps des miracles" d'Anne-Laure Bondoux ou de "Toute seule loin de Samarcande" de Béatrice Deru-Renard, il y est cependant  traité de façon plus cruelle.



Nous vous donnons rendez-vous vendredi 30 septembre à 17 heures à la bibliothèque pour évoquer entre autre Scintillation de John Burnside, Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan, Les villes de la plaine de Diane Meur, 1Q84 de Haruki Murakami...

jeudi 15 septembre 2011

Les animations du mois de...septembre

Fini les balades, les histoires se déroulent maintenant à l'intérieur !



Au programme des animations pour tous avec :

Mon Mercredi à Lire et à Conter qui sera placé sous le thème de la rentrée et qui, pour cette nouvelle saison, se voit doté d'un nouvel horaire.
Rendez-vous vous est donc donné mercredi 21 Septembre à 16h30.

Les Bébés Lecteurs ne sont pas en reste avec une séance prévue le samedi 24 septembre à 10h30.

Enfin le Comité Adulte se réunira vendredi 30 septembre à 17 heures. Là aussi, notez le changement d'heure... et de jour ! Nous échangerons sur nos romans de l'été et vous sera présenté une sélection de romans de la rentrée littéraire. Ces derniers pourront être empruntés à la fin de la séance.






mercredi 14 septembre 2011

Accueil de classe

Le premier accueil de classe de ce début d'année scolaire a eu lieu à la bibliothèque d'Augy.
Détail du coin jeunesse

La maîtresse arrive à 15h15 avec sa classe qui regroupe petite, moyenne et grande section. Deux groupes sont formés et la bibliothécaire raconte une histoire ou deux, suivant le temps restant et la capacité d'écoute du groupe. L'autre groupe pendant ce temps choisi un livre.
Dans leur sac... un livre
Le rendez-vous est bien rôdé maintenant puisque c'est la 3ème année que cet accueil "lecture/emprunt" est proposé tous les mardis.

C'était la reprise aussi pour moi qui, au moment de raconter l'histoire pour la deuxième fois, ai perdu ma voix ! Le coupable magnifique :
Charles à l'école des dragons ; texte d'Alex COUSSEAU ;
 ill : Philippe Henri TURIN / Seuil jeunesse, sept. 2010

Les élèves ont adoré observer, décrire les différents dragons et cherchaient le "poète" et ses ailes majestueuses dans les illustrations. Une planche a particulièrement été appréciée :

Philippe-Henri  Turin

Pour ceux qui souhaiteraient (re)découvrir cette histoire, Emilie vous la lira lors du prochain "mercredi à lire et à conter" (mercredi 21 septembre à 16h30) qui se déroulera à la bibliothèque intercommunale à Sancoins.

mercredi 7 septembre 2011

Saltimbanques / Emmanuelle Houdart

De la collaboration entre Emmanuelle Houdart pour les illustrations et Marie Desplechin pour les textes est née une étrange galerie de portraits.
Nous voilà au cœur d'un monde circassien entre funambules et créatures. Le lecteur y croise les sœurs siamoises, Gerda la femme à barbe, Alex le colosse ou encore Chantal la ventriloque.
Tous les personnages ont en commun leur appartenance à ce cirque insolite et une histoire secrète. Grâce à Adrien qui prête sa voie au récit, le lecteur entrevoie une partie de leur vie.

Cependant, cet album n'aurait pu être qu'une succession de portraits si le talent de Marie Desplechin ne résidait pas dans cette admirable faculté de mêler ou d'entremêler les vies de chacun : c'est ainsi que d'étranges créatures à la limite de la bête de foire se révèlent être des hommes et des femmes sensibles et aimants. Les illustrations peu banales d'Emmanuelle Houdart s'en trouvent du coup adoucies et moins dérangeantes pour le lecteur peu averti.

On pourra cependant regretter le parti pris de la mise en page. En effet, cette grande page blanche entre les portraits coupe le rythme de cet album.

Sur le cirque...
- Bernard Roca / Jesus Betz
              ou comment un homme tronc tombe amoureux d'une trapéziste. On retrouvera cet étrange univers des étranges créatures des cirques du XIXème siècle.

- Peter Sis / Cirque Mariano
            ou comment se compose un cirque : de l'installation à la représentation

- Benjamin Lacombe / La mélodie des tuyaux
           ou comment la vie d'Alexandre va être métamorphosée par l'arrivée d'un cirque en ville. Avec des musiques d'Olivia Riuz

Pour rigoler avec les tout petits :
- Emmanuelle Houdart/ Monstres malades
             Petit traité de bobologie des monstres.

jeudi 1 septembre 2011

Les oliviers du Négus de Laurent Gaudé

Le dernier roman de Laurent Gaudé est composé de quatre nouvelles dont le thème principal est essentiellement celui de la mort.
Ainsi sont déclinés quatre destins d'hommes qui ne se connaissent pas mais qui ont un point commun, celui de fouler les terres de Rome.

Les oliviers du négus
L'histoire commence par la mort de Zio Négus. Ce vieil homme, détesté par tous les habitants de son village, a été détruit par la guerre qu'il a effectué en Ethiopie.
De cette folie, va naître une relation particulière avec Frédéric II.

Le Bâtard du bout du monde
Lucius, un jeune centurion, est envoyé jusqu'au camp de Caïus, grand légionnaire, pour lui remettre une lettre. Lucius profite de cette occasion pour sortir son glaive et transpercer le ventre du légionnaire. Un parchemin sur lequel Caïus avait écrit: "Celui qui viendra, je le reconnaîtrai: il aura les mains lourdes de la légion, et lorsqu'il m'ouvrira le ventre, ce sera mon fils", est remis à Lucius et c'est à cet instant qu'il comprit que ce message lui était destiné. Pour oublier son mal être, il décide de partir vers des terres inconnues et va connaître une fin tragique, rongé par la maladie.

Je finirai à terre
Cette histoire se passe pendant la guerre. Gaston Brache, caporal au 5e régiment vient annoncer une mauvaise nouvelle à un paysan. En effet, son ami Germain Bricombes est mort dans l'explosion de sa cabane. La caisse en bois qu'il gardait précieusement chez lui a aussi explosé. C'est à partir de cet instant que le vieux paysan va être conscient du retour du monstre, le "Golem" pour être plus précis. Une sorte de monstre en Terre qui détruit tout sur son passage.

Tombeau pour Palerme
Un juge antimafia se sent menacé, il sait que bientôt ce sera son tour, il sera bientôt lui aussi exécuté comme l'ont été tous les autres avant lui. Comment? Quand? Il se pose toutes les questions. Doit il renoncer ou doit il continuer sa lutte pour redonner une âme à son pays qu'il aime tant?


Ces quatre textes sont différents mais tous dégagent une force et c'est là tout le talent de Laurent Gaudé. Cet auteur est pour moi, un maître de la littérature et j'ai, une fois de plus, dévoré son dernier ouvrage.
Certes, les thèmes abordés ne sont pas très réjouissant car il est question de mort, de vies brisées, mais aussi de la nature...

Encore un très beau roman de Laurent Gaudé!