jeudi 31 mai 2012

Comité de lecture du 25 mai

Petit comité pour ce nouveau rendez-vous mais très grande richesse dans les échanges.
Sans nous avoir concerté auparavant, les œuvres choisies tournaient tous autour d'un personnage contemporain :






Personnalités connues et reconnues dans le monde entier.

Pour les deux premiers livres, c'est aussi l'occasion pour le lecteur d'être plongé dans l'Histoire des pays d'Europe de l'Est, partagé entre le communisme des années d'après guerre et le libéralisme actuel.
Pour le troisième, c'est un destin exceptionnel qui nous est laissé en témoignage.

Ce moment d'échange très chaleureux nous permet aussi de rappeler que certaines lectures doivent se partager pour en atténuer la dureté.


Le prochain rendez-vous lecture aura lieu vendredi 22 juin à 17 heures.

Et de vous à moi, nous vous concoctons un beau programme autour du thème "Avant un film, c'était un livre".
Vous pourrez retrouver ce programme au détour des pages de ce blog.

Enfin, je vous rappelle que la bibliothèque accueille une exposition autour de la rencontre des élèves de CP-CE1 de Mme Gauthier et Mme Cathelain avec l'illustratrice Aurélia Fronty.

mercredi 30 mai 2012

Dernier métro de Christophe Léon

L'histoire se situe en février 1962. 
Daniel Châtelet est un adolescent de 16 ans élevé par son père Maurice. Sa mère, qu'il appelle affectueusement "tante Yvonne", est décédée 6 ans plus tôt et sa sœur Louise est partie vivre sa vie.
Maurice travaille à l'atelier de peinture de l'usine Renault. Il est très engagé dans la lutte pour la paix en Algérie. C'est un militant du parti communiste qui n'hésite pas à "vendre l'Humanité à la criée sur le marché" tous les dimanches. Dans cette lutte, il ne souhaite qu'une chose, un avenir meilleur pour son fils qu'il pousse à faire des études. Un soir, Daniel revient avec sa carte d'adhésion à la jeunesse communiste car tout comme son père et son grand père, il veut s'impliquer dans une lutte.
Le 8 février 1962, Maurice propose à Daniel de l'accompagner à une manifestation pacifiste. Mais tout ne va pas se passer comme prévu car sur le chemin, des policiers armés de "bidules" sont venus bouleverser le cours des choses.

Que dire de ce roman, si ce n'est qu'à la fin j'en ai eu la chair de poule. Le lecteur est littéralement transporté dans l'histoire de ce jeune garçon que l'on sait inoffensif et qui va se retrouver dans une situation qu'il était loin d'imaginer. Ce roman traite d'un fait historique, celui de la répression policière du métro Charonne qui a eu lieu le 8 février 1962 mais il traite aussi de l'amour entre un père et son fils.

Un roman que je vous conseille!

mardi 29 mai 2012

Fais battre ton tambour / Emily Loizeau

Emily Loizeau, c'est deux albums : L'Autre bout du monde en 2006 et Pays sauvage en 2009.


Dans ce dernier, j'aime le côté primitif , originel, païen de Fais battre ton tambour. Impression renforcée par les instruments choisis et le corps qui participe.

Le lien qui suit, c'est une autre version,  enregistrée pour l'émission FD acoustic session.

http://www.youtube.com/watch?v=gKUgpDVPRHE

Le troisième album de l'artiste est prévu pour septembre 2012 : un avant goût ci-après :
http://www.emilyloizeau.fr/



lundi 28 mai 2012

Des livres insolites

Lorsque j'ai préparé dernièrement un accueil de classe, je me suis demandé ce que j'allais bien pouvoir faire découvrir aux petits. Ce ne sont pas les albums qui manquent  me direz-vous : la bibliothèque regorge de petites merveilles qui viennent toujours se rappeler à vous lors des rangements quotidiens.

Mais, ce jour là, je voulais autre chose, je voulais sortir des sentiers battus. Donc, un peu de creusage de méninges, un petit tour dans la réserve et pof !, je tombe sur ce drôle de coffret :



Les pré-livres, j'en avais déjà entendu parler. Une de mes anciennes collègues les utilisait lors d'animations sur les livres d'artistes. Ni une, ni deux, je décroche mon téléphone et nous voici lancé dans une conversation à bâtons rompus sur la meilleure manière d'aborder cet O.L.N.I (Objet Livresque Non Identifié).
Sauf que...
Il n'existe pas de recette et comme le dit si bien ma collègue "Finalement, la meilleure manière est de se laisser porter et de les jeter dans la fosse aux enfants".
Hum, Hum...
Re-creusage de méninges.
Je décide de m'appuyer sur la quatrième de couverture, de ce que peuvent en dire les Trois Ourses et quelques articles intéressants sur la question et à mon tour je me jette à l'eau.

A la genèse de ce fameux coffret, il y a Bruno Munari. Auteur et designer italien, il n'a eu de cesse de répondre à cette question essentielle :
- "A quoi çà sert un livre ?
- A communiquer le savoir, ou le plaisir, toujours à accroître la connaissance qu'on a du monde.
- Alors si j'ai bien compris, çà sert à mieux vivre.
- Souvent, oui."

Les pré-livres sont présentés sous la forme d'une petite bibliothèque portative


A l'intérieur sont rangés 12 petits livres carrés. De forme identique, ils se différencient par la matière, par le contenu, par la couleur.
Ici, on ne raconte pas d'histoires mais on joue avec les sens :
- le toucher d'abord avec le petit livre rose en feutrine toute douce qu'on peut tordre dans tous les sens et même boutonner les pages
- l’ouïe avec le petit livre en bois :  à l'endroit, à l'envers qui claque ou avec les pages du petit livre bleu qui se transforme en flip book avec ce rond blanc qui grandit jusqu'à se confondre avec la page.
- la vue avec le livre transparent avec lequel on aiguise notre esprit mathématique.

Avec ces livres, nous pouvons réfléchir sur le concept même de la quintessence d'un livre. Qu'est ce qui caractérise le livre : une couverture, des illustrations, des reliures. L'histoire visuelle ou narrative vient plus tard.
Pour Munari, il est également important que le livre nous surprenne ; ainsi, pas de monotonie mais un plaisir toujours renouvelé à l'ouverture d'un livre.
Deux accueils de classe ont suivis  : avec les élèves, nous avons exploré ensemble l'univers des pré-livres. Très ludiques, ils ont permis  de jouer avec les formes, couleurs et matières. Nous avons caressé, tapé, inversé, tourné, additionné, soustrait...inventé l'histoire du gymnaste, celle de la fourmi...

Mais il me reste encore beaucoup à découvrir et à expérimenter...

Enfin, d'autres artistes, illustrateurs, designers se sont pris au jeu. Parmi eux, nous pouvons citer :
- Katsumi Komagata
- Enzo Mari
- Hervé Tullet






samedi 26 mai 2012

Le travail réalisé avec l'illustratrice Aurélia Fronty exposé !

Nous avons le plaisir d'exposer le travail des élèves des deux classes concernées par l'atelier graphique mené par Aurélia Fronty. Madame Gauthier nous a même confié le dessin que l'illustratrice leur a dédicacé... Merci !



J'espère que vous serez nombreux a venir voir les oeuvres des enfants, les livres exposés d'Aurélia Fronty et à laisser un mot sur le livre d'or.

Merci à tout ceux qui ont participé !


vendredi 25 mai 2012

En attendant l'été...




...les accueils de classe se font à l'ombre de l'arbre

Et ceci n'est qu'une mise en bouche de ce qui vous attend pour les grandes vacances.
Rendez-vous dans quelques semaines sur les pages de notre blog pour avoir le programme définitif.

mercredi 23 mai 2012

Le syndrome [E] / F. THILLIEZ

Un fan de films anciens se rend en Belgique, alerté par une annonce qui propose plus de 800 bobines à vendre.
Il en fait l'acquisition de plusieurs dont une "dans une boîte noire, sans étiquette. (...) A l'intérieur, un court-métrage, à première vue, puisque la longueur de la pellicule ne remplissait pas l'espace du boîtier. (...) Probablement un film perdu, unique, que le propriétaire n'avait jamais réussi à identifier."
Une fois rentré chez lui, il s'offre une projection privée... qui le rend aveugle !


Voilà l'ouverture d'un thriller qui nous mènera du Caire au Canada avec deux enquêtes qui sont une même affaire et vont permettre la rencontre du lieutenant de Lille, Lucie Henebelle et du commissaire parisien, Franck Sharko.

Le Syndrome [E] a une suite : Gataca, parue en avril 2011.


lundi 21 mai 2012

Vampire, vous avez dit vampires...

On connaissait Nosferatu de Murnau,


 la célèbre interprétation du personnage par Christopher Lee,


La pâleur marmoréenne d'Edward,


Aujourd'hui, la famille des vampires s'agrandit encore avec Barnabas Collins, vampire très gothique et légèrement (?) décalé de la dernière réalisation de Tim Burton.



Mais ici, le réalisateur accommode à sa sauce très spéciale le mythe de la créature immortelle.

Barnabas, transformé en vampire par la très cruelle Angélique, sorcière de son état au XVIIIème siècle, se réveille assez brutalement en 1972 en pleine culture hippie. Il décide de restaurer l'ancienne gloire de son nom tout en se battant contre la réincarnation d'Angélique en femme d'affaire impitoyable.
Au casting, nous retrouvons bien sûr Johnny Depp et Helena Bonham Carter auxquels viennent s'ajouter entre autre Michele Pfeiffer et Eva Green.

Et si Barnabas a un peu de mal avec les us et coutumes des habitants du XXème siècle, Elizabeth descendante de la famille Collins trouve tout à fait normal d'accueillir son illustre ancêtre,  malgré sa condition de vampire. Rajoutez dans la galerie une psychiatre alcoolique à la recherche de l'immortalité, une ado en mode "ado", une gouvernante qui voit des fantômes... et  les deux derniers domestiques de la famille Collins en vieux assez hallucinés et un peu fossilisés, et vous aurez un mélange détonnant. Tous évoluent dans une demeure démesurément hors d'âge, pourvue de placards secrets (dont la plupart servent à entreposer les travaux de macramé ou les raquettes de tennis...) et qui abrite également toutes leurs petites névroses.

Comme dans Mars Attacks, Tim Burton joue à fond sur les caricatures des personnages et n'hésite pas à reprendre les ficelles du genre pour mieux les contourner et nous offrir une parodie grinçante et grimaçante. De même, on retrouve toujours cette petite touche de folie et cette part d’auto dérision qui fait la marque de fabrique du réalisateur.


Si vous aimez l'univers un peu décalé du réalisateur, vous pouvez aller visiter jusqu'au 5 août l'exposition qui lui est consacré à la cinémathèque française de Paris ou vous plonger dans la lecture des entretiens avec Mark Salisbury vous attendent à la bibliothèque.

Tim Burton, réalisateur de films d'animation :
- L'étrange noël de Monsieur Jack
- Les noces funèbres


Et si d'aventure, vous êtes mordus, voici d'autres vampires célèbres sur le grand écran :
- La famille Adams
- Dracula par  Francis Ford Coppola
- Entretien avec un vampire


mardi 15 mai 2012


Vous vous rappelez " Terrines de livres, histoires de chef" proposé à Grossouvre en 2010 ? Marc Roger, grand lecteur voyageur nous avait invité à savourer ce spectacle.
Alors, quand j'ai appris qu'il donnait une lecture à la médiathèque de Clamecy samedi dernier, je m'y suis précipitée.

C'est ainsi qu'à 17 heures, bien installée dans la salle de l'heure du conte, les oreilles grandes ouvertes, je me suis laissée entraîner dans la lecture.
Le thème choisi "Résistance(s), n'était pas à priori d'à bord facile, mais grâce à sa voix et à sa présence, la lecture est vraiment passée trop vite.
Connus comme "le chant des partisans" ou plus confidentiels comme le bouleversant témoignage de Charlotte Delbo sur la soif dans les camps de concentration, Marc Roger a choisi 10 textes et extraits intemporels.

Au programme, il y avait :
- Contre la barbarie de Klaus Mann
- Matin brun de Franck Pavloff
- Le misanthrope in Une connaissance inutile de Charlotte Delbo
- Boire in Une connaissance inutile de Charlotte Delbo
- Prière aux vivants pour leur pardonner d'être vivants  in Une connaissance inutile de Charlotte Delbo
- Le chant des partisans Paroles et musique d'Anna Marly, adaptation par Joseph Kessel et Maurice Druon
- La complainte du partisan paroles d'Emmanuel Astier de la Vigerie
- Feuillets d'Hypnos de René Char
- Le déserteur de Boris Vian

Moments sublimes d'émotions contenues ou exprimées, nous ressortions de cette lecture un peu groggy.

Cette après-midi s'est terminée par un échange à bâtons rompus sur d'autres lectures, sur les futures pérégrinations de Marc Roger et pourquoi pas pour un autre rendez-vous livresque ...
Mais ceci est une autre histoire qu'il n'est pas encore temps de conter...

Marc Roger nous conseille :
- Monique Gehler / Un 27 janvie
- Evguenia Guinsbourgh / Le vertige
- Varlam Chalamov / Récits de la kolyma

vendredi 11 mai 2012

Diagnostic à la DLP de Bourges

Hier, Véronique et moi sommes allées échanger des CD à la Direction de la Lecture Publique à Bourges.
C'est tous les 6 mois et pour nous qui aimons toutes les musiques, c'est à chaque fois un moment très agréable avec l'impression de dénicher des petits bijoux, récents ou plus anciens dans leurs bacs.
En faisant notre choix (nous sommes revenues avec presque 400 CD), nous pouvons écouter de la musique, une chaîne est à notre disposition.
Laurent (qui nous accueille avec Boris), nous met une chanteuse de Blues (faudra que je retrouve son nom...).

Et puis d'un seul coup je me dis "tiens, voyons voir s'ils ont Diagnostic d'Ibrahim Maalouf ?".
Et oui ! La joie de mettre ce CD à côté duquel j'étais totalement passée  l'année dernière. En extrait je vous laisse avec Maeva in wonderland.


Je ne sais pas vous, mais nous nous avions poussé un peu le volume ;)

mercredi 9 mai 2012

Des suites attendues

Dernièrement, j'ai débuté la lecture des Hunger Games de Suzanne Collins.
Le dernier de la trilogie, intitulé La Révolte est de loin le plus fort des trois. Le plus terrible aussi.


Katniss y perd tout, ou presque, et subit des souffrances tant morales que physiques.

C'est oppressant, violent. L'auteur nous plonge de manière très efficace dans l'univers de la rébellion. Du grand spectacle (va y avoir de l'action au cinéma, c'est sûr). 


Les hunger games m'avaient presque fait oublier que nous venions d'acquérir la suite de la série Birth Marked (T1 : rebelle ; T2 : Bannie).


Après avoir fuit l'Enclave et ses lois cruelles, Gaia et sa petite soeur se retrouvent à Zile. Mais là aussi, il y a des lois et elles sont loin d'être équitables. 

Un deuxième volume moins dans l'action et plus dans le sentiment, dans la sensualité même. 
Très bon. Et le Tome 3 promet un retour à l'Enclave surprenant !



Bon... Par contre, la suite de Pouvoirs Obscurs (Kelley Armstrong ; T1 : Invocation, T2 : l'éveil, T3 : la Révélation), je ne peux pas vous en dire grand chose parce que j'en ai abandonné la lecture. Autant quand l'héroïne est entourée des autres personnages ça fonctionne, autant quand Chloé est seule l'histoire manque cruellement de souffle. 


lundi 7 mai 2012

Les incontournables (VII)- L'île du crâne d'Anthony Horowitz

Quelques années avant la parution des aventures du célèbre sorcier à lunettes rondes, Anthony Horowitz publiait le premier tome des aventures de David Eliot, l'île du crâne.


Cet adolescent, aux parents quasi inexistants, se retrouvait bien malgré lui dans un drôle de pensionnat : Située sur une île, l'école n'accorde qu'un seul jour de vacances et tant ses programmes scolaires que ses professeurs sont assez bizarres.
Alors qu'il est en route pour cette mystérieuse destination, il fait la connaissance de Jill et Jeffrey, qui deviendront ses amis et avec lesquels il va tenter de percer le mystère de l'île. Ce qui s'avèrera être une tâche peu facile car les portes auront tendance à se fermer devant ses investigations. Mais 7ème fils d'un 7ème fils, la vérité lui sera dévoilée : David est destiné à devenir sorcier.

Le lecteur retrouvera la suite des aventures de David Eliot dans Maudit Graal.

Du même auteur, on remarquera
- Alex Rider
- La maison de soie (nouvel opus des aventures de Sherlock Holmes)
- Le diable et son valet

Ces ouvrages sont tous disponibles à la bibliothèque.


samedi 5 mai 2012

Récolte la tempête/ Jean Albert Mazaud


Ouverture - La scène se passe dans un village en guerre où des mercenaires commettent des exactions contre les villageois et notamment contre les femmes. Devant ce spectacle se tient Ijaz, enrôlé de force dans cette armée. Jeune, trop jeune d'ailleurs, il perd pied lorsqu'il se retrouve face à cette femme qui pourrait être sa mère et décide, sur un coup de tête, de s'enfuir loin de cette barbarie en emmenant avec lui sa victime.
Après des jours d'errance dans les montagnes, les deux compagnons d'infortune se retrouvent devant les portes d'une ancienne forteresse, devenue le temps de la guerre, le refuge d'orphelins et de femmes brisés par cette guerre innommable.
Refusant au début l'entrée de cette arche à Ilaz, Neige, la responsable, elle-même défigurée, change d'avis et lui offre l'hospitalité.
Entre hiver et printemps, le lecteur assistera à la lente reconstruction de ce jeune garçon, brisé par la violence emmagasinée dans son corps. Devenant l'homme à tout faire de la communauté, Ijaz réparera outils et ustensiles mais blessé au plus profond de lui-même, il lui faudra du temps et toute l'attention silencieuse de Neige pour qu'il retrouve la paix.
Le roman se finit sur une note optimiste renforcée par le renouveau du printemps.

Le lecteur sera peut-être rebuté par l'aridité du sujet et sera peut-être tenté d'arrêter la lecture après le premier chapitre mais il faut absolument persévérer.
En effet, le style et le tempo de l'écriture permettent d'alléger la dramaturgie du récit. Un des grands atouts du récit est d'avoir fait coïncider les actions des protagonistes avec les changements de saisons. Cela correspond également à l'état d'esprit d'Ijaz.
De même, les autres réfugiés du dispensaire ne sont jamais oubliés dans le récit ; apparaissant toujours dans l'ombre d'Ijaz et Neige, ils apportent cependant une force vive dans le déroulement de l'action car ils sont un soutien essentiel dans la reconstruction du jeune garçon.

Le lecteur ne saura pas si Ijaz pourra à nouveau rire et rêver mais un espoir est né.
Un très beau texte poignant à lire et à relire et dont vous ne ressortirez pas indemne.

Un autre avis ici, chez Clarabel


Sur la guerre et les réfugiés, vous pouvez également lire :
- Anne Laure Bondoux / Le temps des miracles
- Hubert Haddad / Opium poppy (pour adultes uniquement)
- Bea Deru-Renard / Toute seule loin de Samarcande
- Khaled Hosseini / Mille soleils splendides



vendredi 4 mai 2012

Animations du mois de... Mai

Les bébés lecteurs ont leur séance samedi 12 mai à 10h30. Au programme jeux de doigts, lecture d'albums animés et chansons à deux voix, en compagnie d'Emilie.


Mercredi 23 mai à 16h30, c'est véronique qui animera l'heure du conte avec notamment la lecture du conte Le prince tigre.


Enfin le mois de mai se terminera avec le rassemblement des lecteurs du comité adulte qui présenteront leurs avis de lectures autour d'un café ou d'un thé. 
Si vous n'êtes jamais venu à ce comité, vous pouvez tout à fait y participer ou simplement écouter les avis des uns et des autres vendredi 25 mai à 17 heures


Pour les amateurs des prestations de Nils et Marina de la compagnie Tyrnanog à la bibliothèque et pour ceux qui ne les auraient pas vus et entendus lors des 3 séances d'éveil musical, il reviendront en octobre pour un spectacle de comptines. 
Véronique hésite encore quant au contenu...


Si vous voulez l'aider à choisir, rien ne vous empêche de donner votre avis sur le blog en laissant un commentaire ;)


jeudi 3 mai 2012

Le briseur d'âme / Sebastian FITZEK

Ce roman passe de mains en mains à la bibliothèque et fait l'unanimité !




Si vous avez besoin de frissons et d'une histoire bien menée, c'est ce dernier roman de l'auteur allemand traduit en France qu'il vous faut. Pour vous donner un petit aperçu, le premier chapitre commence avec l'en-tête suivant : "71 jours avant la peur"...
En plus de l'histoire, c'est vraiment la manière dont l'auteur a traité le temps qui contribue à l'extrême tension et au suspens du livre.

J'ai beaucoup aimé et vous renvoie à l'article d'Hannibal le lecteur qui l'a très justement chroniqué.