jeudi 27 septembre 2012

Rentrée littéraire 2012 (3)





"Nous ne savons pas, en vérité, ce que sont les mondes. Mais nous pouvons guetter les signes de leur fin" (p.196)



Au commencement, on croit lire une histoire anodine : après le brusque départ de la serveuse d'un café situé dans un village corse, deux jeunes hommes décident de reprendre le flambeau pour redonner à ce lieu ses lettres de noblesse.
Toutefois, plus on avance dans la lecture, plus l'atmosphère se délite, plus les tensions et les passions s'exacerbent jusqu'au drame final.
Pourtant, dès le début, le lecteur aurait du avoir la puce à l'oreille par les indices disséminés ici et là par Jérôme Ferrari : une photo fantomatique, un homme en retrait  de sa vie, un café lieu de sociabilisation devenu peu à peu lieu de perdition.
Tel un tragédien grec, l'auteur nous conduit sur les routes tortueuses de Corse et de l'âme humaine.

De même, le parallèle entre la chute de Rome et celle de ce village explique la fatalité des événements de la petite ou grande histoire  : celles-ci doivent toujours s'achever par un drame.

C'était le premier roman que je lisais de cet auteur. Intrigué par le titre (comme peut-être beaucoup d'entre nous), j'avoue avoir eu un peu de mal à rentrer totalement dans l'histoire. Mais la fin a comblé mes espérances.



Vous pouvez également écouter Jerôme Ferrari, invité de L'humeur vagabonde

mercredi 26 septembre 2012

Rentrée littéraire 2012 (2)

- Le Terroriste noir de Tierno MONENEMBO

Une femme retrace l’existence d'un jeune guinéen découvert au pied d'un arbre un jour de 1940. Elle avait alors 17 ans.
Conduit dans un petit village en lisière de la forêt des Vosges, il ne passera pas inaperçu et se liera avec tous avant de rentrer en résistance et de créer le premier maquis de la région.
C'est alors qu'il devient le terroriste noir.

Et Germaine, maintenant âgée de 89 ans, exhume l'histoire de l'inoubliable Addi Bâ dont une rue du village porte désormais son nom.

"On fleurit les tombes, on réchauffe le Soldat inconnu,
Vous, mes frères obscurs, personne ne vous nomme"
Phrase de Léopold Sédar Senghor placée en exergue du roman.

samedi 22 septembre 2012

Rentrée littéraire 2012 (1)


Ce roman raconte l'histoire de plusieurs japonaises, fuyant leur pays pour retrouver leurs maris américains, qu'elles ont juste vu "sur catalogue". Ici, nous est conté le destin de plusieurs jeunes femmes, d'un rêve de l'eldorado.. mais aussi de déceptions car les maris ne ressemblent pas à la photo qu'ils ont envoyé, n'ont pas le statut social espéré.
L'histoire de ces femmes qui vont devoir travailler durement et sans relâche. Un rêve brisé que chacune va assumer avec courage.

Ce roman est écrit à la troisième personne du pluriel. Un texte poignant, d'une incroyable puissance.

vendredi 21 septembre 2012

Nouveaux horaires pour le comité de lecture





Après l'interruption de l'été, la bibliothèque reprend son rendez vous bimestriel avec les lecteurs avec un jour et un horaire modifié.  Désormais, vous retrouverez le comité de lecture le mercredi à 11h30.

C'est le moment pour vous, lecteur, de partager vos découvertes, vos coups de cœur ou déceptions présents ou passés.

Pour la première séance, nous reviendrons sur vos lectures d'été et bien sûr nous parlerons un peu de cette rentrée littéraire foisonnante.




Mercredi 26 septembre
11h30

Un petit peu de tatapoum



Parce que des fois, c'est sympa d'en prendre plein les oreilles avec des vieux tubes de sortis d'on ne sait où.

mercredi 19 septembre 2012

Quelques livres d'art pour parler aux enfants.

Les journées du patrimoine et la nouvelle aile du Louvre dédiée aux arts de l'Islam nous interrogent  sur les livres d'art que nous proposons aux enfants.
Certains sont classiques dans la forme et sur le fond ; d'autres sont plus originaux. Mais tous permettent de se forger des bases dans la connaissance des arts.

Panorama des arts

- Sophie Curtil / L'art par 4 chemins : le chemin de l'ouest, le chemin du nord, le chemin du sud, le chemin de l'est.

- Caroline Desnoettes / Le tour du monde de l'art

Le Tour du monde de l'artL'art par 4 chemins 


L'art en thèmes
- les livres de la collection  "Petits albums d'art" chez Autrement invitent les plus jeunes à découvrir une couleur ou un thème à partir de tableaux célèbres.

couverturecouverturecouverture 



- Chez Seuil, la collection "Funambule" permet de visiter les grands édifices ou de regarder des peintures et d'en traquer des détails.

Détails sur le produitDétails sur le produit

- Anthony Browne, auteur qu'il n'est plus besoin de présenter a quant à lui rédigé "Les tableaux de Marcel" et "Marcel le rêveur" où notre chimpanzé se retrouve en situation onirique dans un tableau de maître
Marcel le rêveurLes Tableaux de Marcel
   


Biographies d'artistes

- "Salut l'artiste", "l'enfance de l'art" chez RMN ou "L'art et la manière"chez Palette permettent une première approche bien documentée sur des peintres ou des sculpteurs

Niki de Saint Phalle : La fée des couleursKeith Haring : Et l'art descend dans la rue !Mon petit Degas


Quand l'art est détourné

- L'art en bazar et l'art toujours en bazar de Ursus Werhli
L'art en bazarL'art toujours en bazar

Quand l'art rime avec littérature 

Certains éditeurs ont demandé à des auteurs d'inventer une histoire à partir de tableaux de maîtres. Ainsi sont nées "Le pont des arts" chez Elan vert et "la petite collection" chez Rmn

 Manet, comment j'ai marie mon frereMYSTERE EN COULISSE

vendredi 14 septembre 2012

Chi, quelle vie de chat!

Suite à l'engouement suscité lors de mon article sur Chi, il m'a semblé nécessaire de vous donner des nouvelles de notre petite héroïne féline.

Chi, Yohei, maman et papa ont déménagé pour vivre dans une résidence où les animaux sont autorisés.
A partir de cet instant, la petite chatte va explorer les alentours, sortir dans le jardin à la découverte de la nature et faire la rencontre de ses congénères.
C'est ainsi que nous allons faire la connaissance de Noiraud, Alice et Minou avec qui elle va partir à l'aventure.

Noiraud

Alice la voisine de Chi



et Minou, un petit chaton abandonné qui va devenir le compagnon de jeu de Chi.

C'est toujours le même plaisir de lire les aventures de Chi. Cette petite chatte intrépide est pleine de malice mais est aussi très très curieuse. Elle nous permet de comprendre et de voir les chats sous un angle nouveau .

Au japon Chi est une véritable star, elle a d'ailleurs été adapté en animé.



jeudi 13 septembre 2012

Polars noirs

Cet été, grâce aux conseils avisés d'Odile , bibliothécaire à La Guerche, je me suis plongée dans l'univers si particulier et surtout très effrayant de Val Mc Dermid.
Les lecteurs sensibles s'abstiendront de lire ces romans policiers car  si bien écrits qu'ils soient, nous n'en ressortons pas indemnes : l'auteur nous offre toute la noirceur de l'âme humaine et de ses désordres psychiques sur 300 à 400 pages.
Et cela tient du cauchemar éveillé. Je ne  vous livrerai ici qu'un petit aperçu de mes lectures car je vous renvoie sur le blog d'Odile qui en parle très bien.

Le chant des sirènes : premier titre de la série, il met en place les personnages récurrents Carol Jordan et Tony Hill, flic et psychologue de leur état. Si leur collaboration n'est pas évidente au départ, ils arrivent à un point d'équilibre où leurs compétences respectives se complètent admirablement. Et il leur faudra tout leur professionnalisme pour résoudre leur première affaire qui met en scène un adepte de la torture médiévale.




Sous les mains sanglantes : alors que Tony Hill se remet d'une blessure commise par un déséquilibré mental, Carol Jordan doit avec l'aide de son équipe spéciale arrêter un meurtrier qui empoisonne ses victimes.






Fièvre : l'enquête ici prend un tour inattendu car elle mêle monde virtuel et monde réel. Des ados disparaissent après avoir été approché par le tueur sur un réseau social. Carol Jordan, qui est momentanément privé de son alter ego devra déployer tout son savoir-faire pour découvrir le fin mot de l'histoire.





Rien qu'avec ses trois titres, vous pouvez vous faire une idée de l'univers de Mc Dermid : des tueurs qui aspirent au "crime parfait" et qui le compose comme une partition ou une œuvre d'art, des secrets enfouis dans les profondeurs de la société, et une équipe d'investigation hors pair qui n'hésite pas à sortir des sentiers battus et à combattre les préjugés.

Une très bonne série policière que je vous recommande donc et que vous pouvez mettre sur le même plan que les policiers des Jeffery Deaver.

mardi 11 septembre 2012

L'inconnue des andes / Sylvie DESHORS

Après Mon Amour kalachnikov et Fuite en Mineur, c'est avec L'inconnue des Andes que je retrouve avec bonheur le personnage de l'auteure : Agathe.


Pour oublier sa malheureuse rencontre  de Fuite en Mineur, Agathe part avec son amie Lucia-Paz et le petit ami de celle-ci en équateur.
Mais, fascinée par une femme croisée au début de son périple, elle va se lancer à sa recherche après une découverte troublante :
"Faut que j'allume le poêle, si je ne veux pas me réveiller congelée au milieu de la nuit (...) Je secoue une poignée à la base de l'engin éteint. Un tiroir vient, plein à ras bord de cendres. Lampe frontale allumée, je sors les vider derrière le bâtiment (...) Un truc reste coincé dans un angle. J'ai beau secouer, il ne tombe pas (...) Dans le faisceau de ma lampe, on dirait un morceau de passeport. Je le récupère du bout des doigts. C'est bien ça. Cheveux noirs, grands yeux; Interloquée, je place ce qui reste du document sous mon nez en pleine lumière.
-Alors ça ! Elle ! La femme de quito..."

Une bonne histoire servie par une belle écriture, vive, acérée, avec des descriptions du paysage à vous couper le souffle !
Paru aux éditions du Rouergue dans la collection doAdo noir.


samedi 8 septembre 2012

L'ombre de l'assassin/ James Clemens

Ayant connu le succès avec "les bannis et les proscrits", James Clemens revient avec "Chroniques de dieux", plus aboutie d'un point de vue narratif à mon avis.

Dans des temps immémoriaux, cent dieux se sont partagés la terre de Myrilla. Mais aujourd'hui, des dissensions internes secouent cette apparente harmonie.
Chaque dieu est servi par 5 "mains" qui récoltent les humeurs et les transforment en grâce. De même, ils sont protégés par une caste de guerriers "les chevaliers d'ombre".


 Après avoir échappé à une échauffourée, Tylar, ancien chevalier déchu  est témoin de l'assassinat de Meeryn, un des cent dieux. Au moment sa mort, la déesse lui confie non seulement sa grâce divine mais également un mot mystérieux "ryvenscrir".
Accusé à tort de déicide, Tylar devra non seulement fuir les chevaliers envoyés à ses trousses mais aussi déjouer les chausse-trappes des autres dieux bien décidés à se venger. Hors, la mort de la déesse parait bien plus complexe qu'il n'y paraît au premier abord. C'est pour cela que Tylar sera accompagné par Rogger, un ancien voleur, Délia, qui était précédemment au service de Meeryn, et sera rejoint par Kathryn, chevalier d'ombre et ex-fiancée.


Dans un autre coin du royaume, dans un couvent où sont élevés les oblats qui deviendront les "mains" des dieux, Fléchette est victime d'un viol. Son agresseur sera tué par un chien fantomatique lié à la fillette. Cet événement ne l'empêchera pas de devenir l'une des mains de Chrism, un dieu majeur. Cependant, au fur et à mesure de son apprentissage, des événements mystérieux lui font douter du bien fondé de sa tâche.


Au moment où Tylar et sa compagnie mettent le pied sur la terre de Chrism, tous les protagonistes sont réunis pour que les éléments du puzzle se mettent en place.


Malgré quelques longueurs avérées de certains passages, le déroulement de l'intrigue et le développement des personnages tiennent le lecteur en haleine. D'une facture classique, le roman n'est pas révolutionnaire mais ravira les mateurs du genre.



Série en deux tomes
Tome 2 : L'ombre du chevalier (disponible à la bibliothèque)

Autre série à lire :
- Tad Williams / L'arcane des épées

vendredi 7 septembre 2012

Daniel Pennac/ Journal d'un corps

Lors d'une de nos lectures pique-nique, nous avons évoqué avec  Mr Kowalyszin, maire de Chaumont le dernier roman de Daniel Pennac. En effet, sa lecture l'avait dérouté.
Comme les vacances s'approchaient à grands pas, je lui ai promis de le lire et de donner dans ces pages le fruit de mes réflexions.

C'est un roman qui se lit facilement car l'humour et la gravité du propos sont savamment dosés.
Pour faire court, Daniel Pennac s'identifie à un corps qui livre de 12 à 87 ans ses humeurs, ses joies et ses petits tracas quotidiens sous forme de journal. Ses pensées sont soit journalières, soit entrecoupées de longs silences correspondant à des moments de vie. On y rencontre non seulement le corps du narrateur mais aussi ceux de ses proches et celui de l'histoire :
"Mai 68 : la rue serait-elle en train d'écrire le journal du corps ?" (p.211)
C'est ainsi que ce qui n'aurait pu être qu'un catalogue de petits bobos et de tracas corporels est une vaste fresque humaniste.
Ici, pas d'hypocondrie, de langue de bois ou d'affect, mais plutôt un panorama quasi exhaustif de ce qui donne la densité d'un corps, de sa lente maturation et de son déclin trop vite arrivé.




Si vous avez aimé, vous pouvez également lire :
- Philip Roth / Un homme
- Annie Ernaux / Les années

jeudi 6 septembre 2012

Le tribunal des âmes / Donato CARRISI

Traduit de l'italien par Anaïs Bokobza
Marcus se réveille dans une chambre d'hôpital avec une cicatrice à la tempe. Il a perdu la mémoire. C'est Clemente qui va lui apprendre qui il est et ce qui fait de lui un être d'exception. Il est analyste sur les scènes de crime mais il opère en secret, loin de la police qui ne doit pas connaître son identité. 
L’enquête qui le remet en selle après sa blessure est la disparition d'une étudiante, Lara, enlevée de nuit, appartement fermé de l'intérieur.


Sandra, autre personnage principal de l'intrigue est elle, photographe pour la police scientifique. Son mari est décédé quelques mois plus tôt en tombant d'un hôtel où il réalisait des prises de vue. Il était journaliste free-lance.
Seulement, l'appel d'un certain Shalber d'Interpol, va faire émerger chez elle un doute qu'elle voulait enfouir : pourquoi son mari lui a menti sur le lieu de son reportage ? Cette question lui fera fouiller les affaires de son mari et découvrir des indices qu'il a laissé à son intention...  

Marcus et Sandra se rencontrent dans une église, devant, un tableau de Caravage.

Deux affaires qui en soulèvent d'autres. Un homme qui tire les ficelles et amène ses proies à choisir entre vengeance et pardon "dans une ville qui bruisse encore de 1000 ans de crimes chuchotés au coeur du Vatican".

Grandiose ! Mais laissons la parole à l'auteur himself :)

Buena lectura.



mercredi 5 septembre 2012

Les animations du mois de Septembre 20012

Après nos sorties de l'été pour nous aussi c'est la rentrée... la rentrée des animations ! Avec un petit changement à noter : les heures du conte se feront désormais pendant les vacances scolaires. 

Mercredi 26 septembre à 11h30 reprise du COMITE DE LECTURE (réservé à un public adulte).
Les personnes présentes partagent leurs avis de lectures. Cette animation privilégie l'échange et la convivialité.
http://robfordbookclub.tumblr.com/


Samedi 29 septembre à 10h30 c'est la rentrée des BEBES LECTEURS (réservé aux touts petits -jusqu'à 3/4 ans-).
 Hervé Tullet "jeu de doigt"
Qu'ils soient remuants ou sages, bruyants ou timides, en transat, sur les fesses ou debout, tous les bébés sont les bienvenus pour les comptines, jeux de doigts et petites histoires proposés ce jour là.


Un calendrier des animations prévues pour le dernier trimestre 2012 est à votre disposition dans les bibliothèques et dessertes de l'intercommunalité (Sancoins, Grossouvre,  Augy et Sagonne).

lundi 3 septembre 2012

Année Debussy

DEBUSSY ClaudeAvec l'anniversaire des 150 ans de sa naissance, c'est l'occasion pour les mélomanes de se pencher sur les compostions musicales de Claude Debussy.
"Clair de lune", "Prélude à l'après midi d'un faune", "La mer", Children's corner", "Etudes" : autant de morceaux à écouter, à découvrir pour leur incroyable virtuosité et modernité..
Né au milieu du XIXème siècle et mort dans le 1er quart du XXème, il  marque à tout jamais le monde de la musique contemporaine.Puisant son inspiration dans la nature, la littérature, les arts, il forge des œuvres pour instrument seul et notamment le piano ou pour orchestre.









Si vous avez aimé, vous pouvez écouter également ses contemporains :

- Erik Satie / Gymnopédies
- Igor Stravinsky / L'oiseau de feu

Pour les gourmands (2)


Avec beaucoup de retard, voici la

Recette des bâtonnets au cumin

Pour 20 bâtonnets
320g de farine
20g de levure fraîche
12,5 cl de lait tiède
120g de beurre ramolli
1/2 cuillère à café de sel, poivre du moulin
noix de muscade rapée
et aussi 1 jaune d'oeuf, délayé avec un peu de lait
gros sel, cumin

Préparez la pâte : tamisez la farine au dessus d'une jatte et creusez le puits au centre. Emiettez la levure et délayez-la avec le lait. Saupoudrez ce début de levain d'un peu de farine et laissez reposer à couvert pendant 15 minutes.

Ajoutez le beurre en petits morceaux, le sel, le poivre, la noix de muscade et pétrissez jusqu'à obtention d'une pâte lisse, que vous laissez reposer, à couvert, pendant 30 minutes : elle doit doubler de volume.
Pétrissez à nouveau la pâte, puis fractionnez-là en 20 parts de 30 g chacune. Façonnez-les en boules, puis en bâtonnets de 30 cm de long.

Rangez les bâtonnets sur une plaque de four et laissez-les à nouveau reposer. Dorez-les aux jaunes d'oeuf. Parsemez-les de gros sel et de cumin.
Faites cuire au four préchauffé à 200 °C pendant 10 minutes


D'autres recettes  vous attendent :

Amuse-gueules et canapés