samedi 28 juin 2014

Les animations du mois de juillet

C'est l'été ! Voici donc le programme estival du mois de juillet avec des actions pour tous.

Tout d'abord, nous vous rappelons que le mardi 1er juillet les bibliothèques du Cher font la Fête. La bibliothèque Intercommunale des 3 Provinces aussi. C'est à 20h30 au centre Oscar Méténier.

Vendredi 18 juillet de 16h30 à 20h, après-midi jeux pour toute la famille suivi d'un buffet où chacun est invité à faire découvrir ses talents culinaires. Rendez-vous à l'accueil de loisirs rue Macé de la Charité.Gratuit. Uniquement sur inscription et réservé aux adhérents de la bibliothèque.
Photo extraite du site de Micado qui animera cette après-midi jeux.
http://micadoludo.jimdo.com/coin-photos/

Samedi 19 juillet se déroulera le premier atelier de l'été. Gratuit. Uniquement sur inscription et réservé aux adhérents de la bibliothèque.
Suite aux nombreuses demandes, Stéphanie propose à nouveau un atelier de livres pliés hérisson. Avec tout ce qu'il faut pour le customiser ! Ouvert aux 6/8 ans à 10 heures (prévoir 1h30 d'atelier).

Photo extraite du site http://boisflotte40.canalblog.com/
illsutrant ce post : http://boisflotte40.canalblog.com/archives/2013/03/27/26754515.html

Tous les jours de la semaine du mardi 22 au vendredi 25 juillet venez écouter Véronique pour une lecture feuilleton ( c'est quoi une lecture feuilleton ? Et bien c'est tout simple, c'est l'acte de lire oralement, on s'arrête à un moment ou le suspense se joue... la suite le lendemain !). La lecture aura lieu de 14h à 14h30 à l'ombre des arbres de la bibliothèque. Animation à destination des 9 / 13 ans.



Samedi 2 août Stéphanie animera le deuxième atelier de l'été (il y en aura 4 au total, les deux autres seront animés par Emilie.) Gratuit. Uniquement sur inscription et réservé aux adhérents de la bibliothèque entre 8 et 12 ans.
Cette fois ci nous dessinerons et décorerons une kokeshi à partir du livre d'annelore Parot Mode ma petite fabrique. Et nous lui confectionnerons un jolie cadre pour décorer la maison. Tout cela à 10 heures (prévoir 1h30 d'atelier)


Et pour finir, à partir du 12 juillet et pour tout  l'été, retrouvez les pochettes surprises !
Pour vous tenter, voici quelques uns des thèmes préparés : 

LA VIE EN ROSE
POUR DE VRAI
HOT SUMMER
ELEMENTAIRE MON CHER WATSON...





mercredi 25 juin 2014

Mécomptes de fées / Terry Pratchett

Dans le Multivers, sur le Disque Monde, rien ne va plus : il y a du tirage dans les contes de fées.
Une fée a décidé à n'en faire qu'à sa tête au pays des contes. Elle y règne en despote, veut que toutes les fins soient heureuses quitte à déformer la réalité et le cours du temps.

C'est pourquoi, sur son lit de mort, la vieille Desiredata confie à Magrat Goussedail sa baguette et ses carnets pour accomplir la lourde tâche d'empêcher le mariage d'une jeune fille et d'un prince.

Mais c'est sans compter que Magrat a la fâcheuse habitude de foncer tête baissée et sans discernement dans le pétrin et que malgré ses protestations, Nounou Ogg, et Mémé Ciredutemps ont décidé de l'accompagner. La cerise sur le gâteau est que la baguette n'a de magique que le nom car  tout ce qu'elle touche  se transforme en citrouille.
C'est donc, accompagnée par ses deux acolytes et de Gredin, le chat,  que Magrat se retrouve à flanquer une dérouillée  à Dracula, à déglinguer l'horloge de Cendrillon et  à manger du gombo chez Mme Gogol, la sorcière vaudou. (et bien sûr, à transformer à tort et à travers les objets en citrouille !)

Petit Chaperon rouge et grand méchant loup n'ont qu'à bien se tenir ! dans cet opus, Terry Pratchett revisite les contes de fées avec beaucoup d'irrévérence mais aussi beaucoup d'humour. Les cœurs d’artichaut que nous sommes ne verront plus du même œil les rêves de prince charmant.






mardi 24 juin 2014

Quand les bibliothèques font la fête !


(PM)_flyer_A5moins_DLP(50ans)Sancoins_avril14_1

Pour fêter ses 50 ans, la Direction de la Lecture Publique pose ses valises de mai à juillet dans plusieurs communes du Cher. 

C'est ainsi que le 1er juillet à 20h30, au Centre Oscar Méténier,
 elle proposera avec l'aide de la bibliothèque Intercommunale 

Carte Blanche !

autour des chansons et de l'univers loufoque et délirant de Francis Blanche 
par la compagnie"les Bisons ravis"


au Centre Oscar Méténier, le 1er juillet à 20h30

« Après s’être attaché à l’oeuvre de Boris Vian, nous souhaitions trouver une figure toute aussi riche pour créer notre 2ème spectacle et notre choix s’est arrêté sur Francis Blanche et ce pour plusieurs raisons.
Auteur de poèmes et de plus de 600 chansons (entre autres pour Piaf et Trénet), dont certaines sont devenues des classiques chantées notamment par les Frères Jacques, l’oeuvre de Francis Blanche nous a paru suffisamment riche et drôle pour créer un spectacle dans la lignée du 1er.
Le bonhomme invente le canular téléphonique, détourne les réclames, propage des faux scoops et roule en Cadillac fuchsia. Il écrit avec son compère les épisodes du feuilleton radiophonique Signé Furax (1043 épisodes), interprète au cinéma plus d’une centaine de films et “presque autant de navets” selon ses propres dires. Il apparaît ainsi au générique de “Babette s’en va-t-en guerre”, des “Barbouzes” et bien sûr des Tontons Flingueurs. Il écrit également les dialogues du film de Marco Ferreri : ” La grande Bouffe”.
Son œuvre prolixe et protéiforme nous a ainsi semblé être la matière idéale pour créer un spectacle musical et théâtral dans lequel le rire même parfois grinçant, la dérision et le plaisir puissent avoir une place déterminante. »

entrée gratuite sur réservation au 02 48 55 82 80
                                            ou au 02 48 77 50 71

Ce spectacle sera également l'occasion de lancer les animations de l'été de la bibliothèque. Rendez-vous à partir du 2 juillet, à l'intérieur ou à l'extérieur, autour d'ateliers et de lectures pour tout les âges.

mercredi 18 juin 2014

Vote Lurelu 2013/2014

Toutes les classe de cycle 2 de l'intercommunalité ont élu leur album préféré.
Le dernier vote de l'opération Lurelu 2013/2014 a eu lieu vendredi 13 juin.

La classe de Clis a élu avec 4 voix Ma jungle d'Antoine Guillopé


La classe de Grossouvre a élu avec 3 voix Mon ballon de Mario Ramos


La classe de Neuvy le Barrois et la classe de Madame Gauthier à Sancoins ont élu avec 3 et 5 voix La bonne humeur de loup gris de Gilles Bizouerne et Ronan Badel


La classe de Madame Péguin à Sancoins a élu avec 6 voix Cheval fou de Catharina Valckx


Merci à toutes ces classes pour leur participation!!!

jeudi 12 juin 2014

Sauf que / Anne VANTAL

Valentin part à l'école comme d’habitude. Il compte ses pas, recense les maisons, les tournants, les recommandations de ses parents. Le rituel rassurant. 


Sauf que ce matin là, "au moment où [il s' ]apprête à reprendre [sa] route habituelle, [il] est stoppé net. [Il aperçoit] quelque chose par terre (...).
Un portefeuille ?"

A partir de la, Valentin va sortir de sa zone de confort pour faire ce qu'il juge bien : restituer le portefeuille à son propriétaire. Dans cette entreprise, il se montre très réfléchi. 
Sauf que.
Valentin est un enfant spécial "c'est plus gentil parait-il, que handicapé".
Les choses ne vont pas aller comme elles le devraient.

Un court roman où l'auteur fait entrer le lecteur dans la tête du héros. Un enfant solitaire, rassuré par le monde des chiffres.
C'est soigné du début à la fin. Les chapitres courts et leur construction se prêteraient bien à une lecture feuilleton...

mercredi 11 juin 2014

La petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Lafon


Résumé  de l'éditeur

Parce qu'elle est fascinée par le destin de la miraculeuse petite gymnaste roumaine de quatorze ans apparue aux JO de Montréal en 1976 pour mettre à mal guerres froides, ordinateurs et records au point d'accéder au statut de mythe planétaire, la narratrice de ce roman entreprend de raconter ce qu'elle imagine de l'expérience que vécut cette prodigieuse fillette, symbole d'une Europe révolue, venue, par la seule pureté de ses gestes, incarner aux yeux désabusés du monde le rêve d'une enfance éternelle. Mais quelle version retenir du parcours de cette petite communiste qui ne souriait jamais et qui voltigea, d'Est en Ouest, devant ses juges, sportifs, politiques ou médiatiques, entre adoration des foules et manipulations étatiques ?
Mimétique de l'audace féerique des figures jadis tracées au ciel de la compétition par une simple enfant, le roman-acrobate de Lola Lafon, plus proche de la légende d'Icare que de la mythologie des "dieux du stade", rend l'hommage d'une fiction inspirée à celle-là, qui, d'un coup de pied à la lune, a ravagé le chemin rétréci qu'on réserve aux petites filles, ces petites filles de l'été 1976 qui, grâce à elle, ont rêvé de s'élancer dans le vide, les abdos serrés et la peau nue.
Personnellement, je ne connaissais pas Nadia Comaneci célèbre gymnaste ayant obtenu la note parfaite de 10 lors des JO de Montréal en 1976. Grâce à ce roman, fort et passionnant mêlant fiction et réalité, je me suis intéressée à cette gymnaste exceptionnelle et fascinante. Elle a été à la fois, l'idole de tout un pays et une jeune fille utilisée à des fins politiques à une période où la Roumanie était dirigée par Ceausescu. Dans ce roman, l'auteur décrit de façon chronologique l'histoire de Nadia mais aussi celle d'un pays.


Un très beau roman, à lire impérativement, couronné par plusieurs prix littéraires.

mardi 10 juin 2014

Fermeture exceptionnelle




lundi 16 juin.
Vous pouvez laisser vos documents
dans la boîte aux lettres.
Merci.


samedi 7 juin 2014

"le midi, on lit" au collège

Depuis trois ans maintenant, en fin d'année scolaire, la Bibliothèque Intercommunale des 3 Provinces propose l'opération "des livres à la récrée".
Le concept est simple : nous nous installons dans la cour de récréation des écoles de l'intercommunalité qui le souhaitent. Nous proposons des lectures courtes à picorer, feuilleter. Nous lisons aux enfants qui en font la demande, et ils sont nombreux !

un après-midi à Vereaux en 2012

Cette année il nous semblait important de le proposer aussi au collège. La formule, légèrement modifiée devient "le midi, on lit". Nous sélectionnons BD, mangas, documentaires, magazines et albums pour ados. Un professeur du collège se fait complice de l'opération et prépare le terrain pour nous en expliquant aux professeurs, membres de l'administration et personnel de l'établissement, le jour et le déroulement de l'action. Une note est laissée en salle des professeurs mais la surprise est laissée aux élèves.

C'est ainsi qu'à 13 heures, hier, nous nous installions avec nos caisses et surtout des assises colorées dans un coin de verdure ombragé de la cour.

Beaucoup viennent demander ce que c'est. D'autres viennent nous saluer parce qu'ils nous ont reconnu. Les coussins sont pris d’assaut. Certains restent l'heure, absorbée. D'autres feuillètent des magazines à plusieurs ou des documentaires. 15 minutes, 30 minutes. Certains s'assoient, d'autres s'allongent et d'autres encore restent debout. Une élève demande à emprunter. Pourquoi pas. Nous lui offrons aussi cette possibilité.

Une surveillante vient nous dire : " vous devriez venir plus souvent, ils sont plus calmes" ;)

photo trouvé sur le site de http://lalitoutsimplement.com/
et prise par Armando pour http://dubleudansmesnuages.com/

vendredi 6 juin 2014

Lecture à l'EHPAD

Une fois par mois, nous nous déplaçons à l'EHPAD à Sancoins afin de proposer aux résidents un accueil autour du livre et de la lecture.
Cette fois ci, c'était mon tour et j'ai pu mettre en pratique ce qui nous a été montré lors d'une formation organisée par Livralire.

Pour cette nouvelle expérience, j'ai utilisé l'album Emile le petit fifre d'après le tableau d'Edouard Manet d'Anne de la Boulaye et Sébastien Mourrain.



Aidé par l'animatrice, j'ai effectué une lecture dynamique avec deux résidents volontaires (encore merci à eux). Une fois la lecture terminée, nous avons pu discuter autour de l'art. Chaque résident nous a parlé de sa toile ou de son peintre préféré. Du coup, je leur ai demandé "et vous, avez vous une âme d'artiste?"
Une résidente est partie dans sa chambre et a rapporté une toile peinte par elle même. C'était une peinture magnifique représentant un chien que cette personne avait prise en photo. Donc voilà, nous avons découvert des talents!!

De fil en aiguille, nous avons rebondit sur l'album la vie des gens que ma collègue Stéphanie avait présenté la séance précédente. En totale improvisation, les résidents ont joué le jeu d'inventer l'anecdote entre le personnage et son objet.

Cette séance "plus interactive" a été un vrai moment de partage et  de rigolade.

jeudi 5 juin 2014

Autopsie d'un papillon / Jean-Noël SCIARINI

Mark, 16 ans est une graine de champion de la natation. Sa spécialité, la nage papillon.

ill couv : Séverin Millet
ed La joie de lire, coll : encrage. avril 2014

Tout se passait relativement bien dans son village de 3500 habitants, près de Lille. Mais le père de Mark, passionnée de natation depuis toujours et mentor de son fils décide de l'inscrire en sport-étude à Paris avec un nouvel entraîneur, populaire autrefois.
Si dans son village Mark cherchait déjà un sens à sa vie, Paris va décupler ses angoisses à  tel point qu'il  va se laisser sombrer. Au sens propre comme au figuré.

Si vous suivez ce blog, vous savez que je suis fan du travail de Jean-Noel Sciarini que j'ai découvert avec Tarja en 2011.
Après avoir abordé le thème du viol et de la dépression, l'auteur parle ici d'agoraphobie. 
Il nous enferme avec Mark dans sa cartographie étriquée de Paris, ses crises d'angoisses, sa rage de ne pouvoir repousser ses frontières. Mettre un nom sur sa maladie ne l'aide pas mais au moins il sait quel monstre il va devoir combattre.

C'est un roman, comme les autres, puissant, formidablement bien écrit dont on ressort profondément ému.


mercredi 4 juin 2014

l'animation du mois de juin

Samedi 21 juin
à 10h30
Véronique accueillera les bébés  pour la dernière séance de
  BB Lecteur
d'ici la rentrée.


Fin juin
vous pourrez trouver, à la bibliothèque, mais pas que, 
le calendrier des animations de l'été
Au programme des ateliers de travaux manuels,
des lectures feuilleton,
des pochettes surprises
...


mardi 3 juin 2014

Le labyrinthe vers la liberté/ Delia Sherman

Louisiane, 1960. Sophie a 13 ans et doit passer ses vacances dans la propriété familiale de Oak Cottage, ancienne plantation sucrière. Des fastes du passé ne restent plus que les ruines de la demeure principale et un labyrinthe en friche. Sophie, au seuil de l'adolescence, n'arrive pas à trouver sa place entre une mère divorcée, une grand mère tyrannique et une tante bohème. 
Dans cette propriété, un endroit pourtant l'attire plus que tout : le labyrinthe. Un matin, en rentrant de la messe, alors qu'elle l'explore encore une fois, elle est projetée un siècle en arrière à l'époque de l'esclavage. 
C'est à ce moment que le monde de Sophie bascule car non seulement elle est remontée aux temps de ses arrière grands parents mais aussi, comme sa peau est sombre, les habitants de la grande demeure la prennent pour une métis.
C'est ainsi qu'elle se retrouve au rang de domestique de la grand mère de la grande maison, qui ressemble étrangement à sa grand mère. Elle découvre alors la vie difficile des esclaves et notamment des esclaves ni blanc, ni noir ; leurs conditions de vie et de travail même si certains lui confient que les Fairchild n'est pas la pire famille de planteurs. Bon an, mal an, Sophie s'immerge peu à peu dans cette vie domestique mais ne peut s'empêcher de bouillir à chaque fois qu'une injustice est commise contre les travailleurs noirs. C'est aussi l'occasion d'affirmer son caractère et de prendre sa vie en main. En sauvant la vie d'une esclave, Sophie sera renvoyée en 1960, où malheureusement, la situation des noirs n'a guère évolué.

C'est un roman dont l'atmosphère pourrait se rapprocher de La maison penchée, et qui fait écho à Autant en emporte le vent et à Leon de Tilburge.
La description de la plantation aux heures fastes de l'exploitation sucrière, bien documentée, aussi bien au niveau des caractères humains que sur les aspects techniques de la récolte, n'alourdit pas le récit.
Sophie est un personnage attachant qui ne s’apitoie que rarement sur son sort et qui va de l'avant. Elle n'hésite pas non plus à se battre et à se mettre en danger pour ses nouvelles amies. Enfin, elle prend conscience du gouffre qui a séparé et qui sépare encore dans les années 60 les blancs aux noirs.