mardi 31 mai 2016

L'animation du mois de juin 2016

La bibliothèque intercommunale propose un spectacle pour les enfants de 3 à 5 ans.

Nous accueillerons la compagnie tyrnanog samedi 11 juin à 10h30 pour leur spectacle "graine de..."

Le nombre de place étant limité, vous devez vous inscrire. 
Pour cela 4 possibilités :
Le téléphone, le mail, en commentaire de ce post ou sur l'événement créé sur la page FB de la bibliothèque intercommunale des 3 provinces.


Venez nombreux !


dimanche 22 mai 2016

samedi 21 mai 2016

Histoires d'immeubles

A la lecture du très succulent Edimbourg express, je n'ai pas pu m'empêcher de repenser à d'autres romans, lus en  d'autre temps, qui font la part belle à des histoires de voisinage et d'immeubles.

Commençons la série fleuve que j'affectionne particulièrement : Chroniques de San Francisco.

 De la fin des années 80 jusqu'à nos jours, Armistead Maupin nous plonge dans le quotidien des habitants du 28, Barbary Lane : cet immeuble, situé dans une des rues montantes caractéristique de la géographie si particulière de San Francisco en est le décor ; la propriétaire, Anna Madrigal en est la gardienne incontestée. Autour d'elle, gravitent les locataires aussi divers que variés que Brian, Mouse ou Mary-Ann dont les vies s'entrecroisent pour former une drôle de famille. Si au fil des tomes, les protagonistes vont et viennent au gré de leur vie professionnelle ou sentimentale, ils se retrouvent toujours chez Anna, qui veille sur eux comme une mère poule.
Publié initialement sous forme de  feuilleton dans un quotidien, les romans abordent avec beaucoup de fantaisie mais également de profondeur de nombreux thèmes de société qui ont traversé les États-Unis depuis la fin de la guerre du Vietnam.

  • Chroniques de San Francisco
  • Nouvelles Chroniques de San Francisco
  • Autres chroniques de San Francisco
  • Babycakes
  • D'un bord à l'autre
  • Bye Bye Barbary Lane
  • Michael Tolliver est vivant
  •  Mary Ann en automne
  • Anna Madrigal
 Poursuivons par La vie, mode d'emploi de Georges Perec.

Moins léger que le roman précédent mais tout aussi intéressant pour décortiquer les habitudes des habitants d'un immeuble. 
De plus, à l'instar de ses autres récits, Georges Perec, grand manipulateur des mots, a construit celui-ci comme un puzzle. C'est ainsi que le lecteur est libre de le lire de manière très traditionnelle et linéaire ou au contraire de le lire selon des cercles et des rythmes définis par la contrainte de l'écrivain, en recherchant tous les chapitres se référant à un appartement, à une personne, ou leurs histoires. Enfin, les listes, si chères au romancier, s'égrainent tel un inventaire à la Prévert tout au long des pages.
Formidable découpage de l'humanité en tranches, ce roman ne vous laissera pas indifférent.



Terminons par Broadway, limited de Malika Ferdjoukh où, à cause de la différence de prononciation 
outre-atlantique, Jocelyn, jeune homme d'une vingtaine d'année se retrouve colocataire de la pension de Ms Merle à New-York, qui normalement n'accepte que des filles. Nous sommes en 1948, les jeunes filles américaines rêvent de liberté et de célébrité ; le jazz et le rock naissant rythmant à train d'enfer leur vie. Dans le tumulte de la grande pomme, Jocelyn suit avec émerveillement la naissance de Broadway et de ces célèbres comédies musicales et devient le confident de Chic, Manhattan, Hadley et Dido, les pensionnaires aux rêves de gloire et aux passés mystérieux.
Premier tome d'un dyptique, l'âge d'or des comédies musicales y est décrit avec beaucoup de minutie et de réalisme : il y a une telle proximité et sérendipité avec chaque personnage que le lecteur éprouve en même temps que lui ses bonheurs et ses frustrations.



Comme d'habitude, cette liste n'est pas exhaustive : si vous connaissez d'autres ouvrages mettant en scène les habitants d'un immeuble, vous pouvez les partager via les commentaires de cet article ou sur notre page Facebook.

mercredi 11 mai 2016

Les garçons ne tricotent pas (en public) de T.S. Easton



Ben Fletcher, jeune ado va se retrouver dans une situation assez délicate. Alors qu'il voudrait participer à une fête, il se laisse entrainer par "ses amis", un peu particulier, et vole de l'alcool dans une supérette. Seulement voilà, cela ne va pas se passer comme prévu et les ennuis vont commencer pour Ben qui va devoir tenir un journal de bord et s'inscrire dans un programme pour jeunes délinquants. Ben a le choix entre Mécanique automobile, Tricot, Poterie et Microsoft Office.
Contre toute attente,  il va s'inscrire au cours de Tricot! Est ce le début d'une nouvelle passion? 

 Ce roman est une pure merveille. Personnellement, j'ai adoré la couverture complètement loufoque et je n'ai pas été déçue de l'histoire. Pauvre Ben, les seuls amis qu'ils fréquentent le mettent dans des situations complètement absurdes. A cause d'eux, il va créer un accident et être mis à l'épreuve par le service de probation. Un jeune garçon qui participe à un cours de tricot! La situation parait plus qu'improbable mais Ben va se découvrir des talents cachés! Qui a dit que le tricot était un loisir de fille? 
Ce roman est bourré d'humour, il va a l'encontre des clichés et des stéréotypes et cela fait du bien!


lundi 9 mai 2016

Ne portez pas son cartable / Pierre DURIOT

Sous titre de ce documentaire : "Paroles d'un rééducateur de l'Education nationale".


Sorti en 2012, ce livre a fait l'objet d'une réédition en avril 2016. 
Avouez que le titre est accrocheur ! Et bien le contenu aussi. Ce sont des chapitres courts sur des thèmes et sujets pratiques de la vie quotidienne mais qui pourraient se résumer ainsi : faites en sorte que les enfants restent à leur place, que les adultes s'accordent au sein du couple sur l'éducation a donner à leur(s) enfant(s) pour en faire des adultes responsables. Et enfin ( r)établir un dialogue avec l'école pour travailler de concert et ainsi permettre à l'élève un apprentissage plus efficace.

Je tiens à souligner ici que jamais le parent n'est montré du doigt.
"L'ouvrage est un discours actuel, il confronte le lecteur au statut de l'enfant dans nos sociétés modernes, dénonce nos travers, mais aussi dédramatise nos culpabilités et postule que le rôle de parent suffisamment bon est à la portée de chacun de nous."

Je ne vous cacherai pas que j'ai fait cette lecture sous la casquette de mère. Elle m'a confortée dans mes positions mais aussi éclairée sur certains comportements observés. Surtout, cette idée que la parole est maîtresse, que les mots peuvent nous sortir d'une situation. Il faut prendre le temps d'écouter, de dialoguer. Ca vous paraît évident ?! Je reprends ici les mots de l'auteur :

"L'ingrédient qui manque le plus est le temps : le temps de se parler, de s'écouter, le temps de réfléchir, le temps de jouer... Ingrédient rare dans nos sociétés survoltées, voulues rentables, le temps est irremplaçable parce qu'éduquer, c'est bien souvent répéter et grandir est un processus lent."




lundi 2 mai 2016

Millénium 4 Ce qui ne me tue pas / David LAGERCRANTZ

Stieg Larsson est mort en 2004 mais pas ses personnages !


Quelle joie de retrouver Lisbeth et Blomkvist !
Après avoir lu et entendu nos usagers le rendre déçus, je dois dire que je ne comprends pas.

Les personnages de Stieg Larsson ont été vraiment respectés par David Lagercrantz. L'écriture est tout autant efficace et l'auteur de ce tome 4 a su y apporter son intérêt pour la science ( en mars 2016 chez actes sud est sorti son roman centré sur la figure d'Alan Turing publié en Suède en 2009) . Intérêt qu'il arrive à vulgariser pour nous. Et c'est quelqu'un qui déteste les chiffres qui vous dit ça !


"La revue Millénium a changé de propriétaires. Ses détracteurs accusent Mikael Blomkvist d’être un has-been et il envisage de changer de métier. 

Tard un soir, Blomkvist reçoit un appel du professeur Frans Balder, un chercheur de pointe dans le domaine de l’IA, l’inte
lligence artificielle. Balder affirme détenir des informations sensibles qui concernent le service de renseignement des États-Unis. Il a également été en contact avec une jeune femme, une hackeuse hors du commun qui ressemble à s’y méprendre à une personne que le journaliste ne connaît que trop bien. Mikael Blomkvist espère tenir enfin le scoop dont Millénium et lui ont tant besoin. Quant à Lisbeth Salander, fidèle à ses habitudes, elle suit son propre agenda." Extrait du site leslibraires.fr.


Faites vous votre propre avis. Quant à moi, vous l'aurez compris je l'ai apprécié de bout en bout. Vivement le tome 5.